Eaux des Cieux • 2011

 

Cette série de photographies sous l'eau évoque le changement. Passer de la danse professionnelle à la photographie ne m’a pas empêché de perpétuer le mouvement, et privilégier définitivement la féminité dans ma nouvelle forme d'expression. 

Les tirages en gomme arabique, procédé du 19ème siècle, accentuent le mystère : un point de vue inhabituel entre photographie et gravure, apparition et disparition. Ainsi, il devient difficile de déterminer si le personnage est dans l’eau, l’air ou même le feu, comme pour mettre en évidence la mouvance des choses.

 

"Merci de pouvoir photographier ce que nous rêvons d’imaginer" 

Marie-Isabelle Taddéï