01parcours

Mon travail se situe entre la photographie et le cinéma.

 

J’ai emprunté au 7ème art le soin apporté à la lumière, la décoration, les costumes, la mise en scène et la direction des modèles pour une composition à priori figée. Ce n’est en réalité qu’un point de départ pour aller à la découverte de ce qui se niche dans le coeur des êtres en général et celui des femmes en particulier. 

 

Née en 1963 à Paris, petite fille déjà, j’observais les autres, les grands, intriguée. 

Il y avait bien ce père photographe.

 

Un père silencieux et peu avenant. 

Lorsqu’à 35 ans, après un parcours de danseuse professionnelle j’ai décidé de faire de la photographie mon métier, j’ai appris sans lui, toujours un peu inquiète de trouver une légitimité dans cet art, comme si je ne pouvais me saisir de ce qui semblait définitivement n’appartenir qu’à lui. 

Pourtant, photographier m’était nécessaire. Une évidence. 

J'ai assimilé la technique, dévoré une quantité de revues et de livres spécialisés, grillé sans limite des pellicules en tout genre, tout Iso, basculé dans le numérique, appris son traitement. J’ai exploré la lumière naturelle intérieure, extérieure, diffuse ou claire/obscure. Dès mes débuts, j’ai eu la chance de rencontrer une excellente photographe, Marianne Rosenstiehl. Ses conseils, son aide, son exigence et sa critique bienveillante me guident depuis près de vingt ans.

 

Après avoir été portraitiste sous contrat avec Gamma, j’ai travaillé comme photographe de plateau.

 

J’ai observé auprès du directeur de la photographie et de son équipe les astuces qui permettent de sculpter la lumière avec un fumigène, d’adoucir un éclairage naturel trop contrasté. Mon univers a pris forme.

 

Les années de photographies pour la presse et le cinéma ont été nécessaires avant de ne plus me consacrer qu’à des travaux personnels.

 

Durant cette période, mon écriture artistique s’est affirmée, dans un souci constant de mettre en avant mystère et poésie, pour lesquels je puise mon inspiration dans la construction baroque et l’éclairage contrasté conformes au XVIIème siècle.  

Une découverte sera décisive dans ce qui deviendra désormais ma forme d’expression : Prenez soin de vous de Sophie Calle me révèle la possibilité de raconter une histoire personnelle à un public anonyme, mais aussi d’interroger le spectateur en le renvoyant à sa propre expérience. 

Mes premières expositions voient le jour en 2011. 

©Marianne Rosenstiehl

 

02Presse express

Nikon Mag : 

"Anne Kuhn, photographie d'art entre justesse et équilibre", Portrait par Nathalie Dassa. 

"En vingt ans, Anne Kuhn est parvenue à faire de la photographie son métier après un parcours de danseuse professionnelle, de portraitiste de célébrités sous contrat avec Gamma et de photographe de plateau. En 2018, elle rafle le trophée suprême du festival "Les femmes s'exposent" qui la propulse sous les projecteurs. Est-on jamais libre ? C'est l'une des questions que soulèvent ses superbes clichés en diptyques, mais toute l'oeuvre d'Anne Kuhn questionne la liberté de la femme par le prisme de sa vie, guidée par un regard introspectif."...  

Lire l'article

Les Inrockuptibles :

 

"Héroïnes, pour un jour", par Jean-Marie Durand. 

"Dans le champ enflammé d'un féminisme réactivé par les scandales sexuels à répétition, la question de la liberté entravée, des femmes se repose avec une acuité inédite. Le travail photographique d'Anne Kuhn, inspiré par quelques héroïnes célèbres de l'histoire de la littérature, s'inscrit dans ce moment particulier, même s'il n'en procède pas directement."... 

Lire l'article

France Inter :  

 

"Regardez voir", par Brigitte

Patient :

"Anne Kuhn s'est penchée sur les héroïnes maltraitées, sur celles qui se sont fourvoyées, sur les génies oubliées. En deux photos juxtaposées, elle décrit Emma Bovary, Lolita ou Thérèse Desqueyroux entre fiction et allégorie, associant leur histoire à un contexte plus contemporain. D'abord mises en scène telles qu'elle les imaginait à la lecture du roman, puis modifiant leur destinée pour s'interroger sur la liberté des femmes, et la sienne par la même occasion."...

Ecouter la chronique

Vanity Fair Espagne :  

 

"Como convertir a Lolita en una heroina del siglo XXI", par Blaca Lacasa 

"Quizás alguna vez se ha planteado como serian Lolita, la belle durmiente o Madame Bovary si hubieran vivido en nuestra época; como esos personajes femeninos si hubieran podido elegir sus destinos con mayor libertad o alejarse de sus propios tormentos y de ciertos estereotipos masculinos; como percibiríamos esas heroínas si fuéramos capaces de leerlas subvirtiendo la intención del autor, o lo que es lo mismo, si las leyéramos dinamitando el cliché que de ellas se ha hecho."... 

Lire l'article

Polka Magazine :

 

"Anne Kuhn, première lauréate du festival "Les femmes s'exposent", interview par Léonor Matet. 

"Avec la série Héroïnes, vous réinterpretez les grandes figures féminine de la littérature, comme est né ce projet et quel en est son propos ?"...  

Lire l'interview

03Actu

2018

• Photo London

• Frame Basel

• Art Photo - Barcelona

• Exit Art Contemporain - Boulogne Billancourt

• Galerie 55 Bellechasse - Paris

2019

Biennale de Venise, Palazzo Mora  

Les femmes s'exposent - Houlgate  

• Galerie Pili Taffernaberry - Bidart 

• Galerie Exit Art Contemporain - Boulogne Billancourt

 

2020-21

• Intégration d'une galerie internationale 

• Exposition au Didam à Bayonne 

• Exposition dans un musée national

04Vidéos

Hommage par la Ville de Biarritz

Reportage de Jean Baptiste Erreca

L'origine des choses... 1963-1973

05Liens utiles

Mes galeries

pigment logo.png

Mes tirages

Noir transparent.jpg
Exit Art Bleu.jpg
Carré S Seine.png

Sécuriser les œuvres

Logo ARTtrust.png